17/09/2017

Besoin en énergie et diversification des sources.

Le coup d’envoi des travaux de construction d’une centrale photovoltaïque à Tozeur a été donné, lundi 24 Juillet 2017, par le ministère de l'énergie, des mines et des énergies renouvelables. Le nouvel ouvrage, dont la durée de construction est estimée à 12 mois, est doté d’une puissance totale de 10 mégawatts et une production estimée à 18,7 Gwh par an.

Sur ce sujet, Maha Ouelhezi a écrit : « ….Le lancement de cette centrale répond à un besoin croissant en énergie et aussi à un souci de diversification des sources énergétiques et de lutte contre le changement climatique ».

« Le contrat de réalisation du projet de la centrale photovoltaïque de Tozeur a été signé, le 23 mars 2017, entre la Steg (La Société tunisienne de l’électricité et du gaz) et le constructeur italien ‘‘ Ternienergia SPA’’ à l’issue d’un appel d’offres international. Ce contrat stipule la construction d’une centrale solaire photovoltaïque d’une puissance de 10 MW et d’une production annuelle estimée à 18,7 Gwh ».

« … La réalisation de cette centrale s’inscrit dans le cadre du Plan solaire tunisien, visant à diversifier les sources de production d’électricité à travers la promotion des énergies renouvelables. Le Plan solaire tunisien a pour objectif principal le lancement de programmes concrets de rationalisation de la consommation énergétique du pays et le développement de l’utilisation des capacités nationales des sources d’énergies renouvelables ».

« Selon la Steg, la région du Sud présente particulièrement un haut potentiel de développement de l’énergie photovoltaïque, vu son fort taux d’ensoleillement. Le gouvernorat de Tozeur enregistre un DNI (Direct Normal Irradiation) évalué à 2006 KWH / m2 par an. Ainsi, le projet de la nouvelle centrale serait une expérience très intéressante en termes de retombées techniques et socioéconomiques ».

« Cette centrale PV constitue un pas en avant vers le renforcement de la production électrique à partir des énergies renouvelables, dont la part reste encore très faible, soit 3% contre 97 % pour le gaz naturel. Une proportion que le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables prévoit d’augmenter pour atteindre 12% durant la période 2016 – 2020 et 30 % d’ici l’année 2030 ».